DUBUC ROLAND

Peintre français né en 1924, à Caudebec-les Elbeuf en Normandie, dans une famille de condition très modeste, sixième enfant d'une famille de treize enfants. A 14 ans il doit se mettre au travail et rentre comme apprenti peintre dans une entreprise locale. Il vit assez misérablement à Rouen et a pour gîte l'armée du salut. Il fait la connaissance des peintres BORDES, LE TRIVIDIC et FRECHON qui le prennent en sympathie et lui donnent des conseils.
 
C'est le dernier peintre de Montmartre de l'époque de Maclet, Genin, Utrillo, Gen-Paul, et il a dans sa peinture toute la force et la joie de la vie de bohème de Montmartre.

En 1947 il se marie et de cette union naît un fils qu'il ne connaîtra que fort tardivement. Roland DUBUC, après avoir divorcé, part vers Le Havre où il fait la connaissance des peintres FRIBOULET et PAILHES. Il vend quelques tableaux à la galerie HAMON et vit au jour le jour, faisant un peu tous les métiers pour survivre : clown dans un cirque, vendeur de journaux, mais toujours en peignant et en essayant de vendre ses tableaux.

En 1950, il décide de venir tenter sa chance à Paris et continue à pratiquer des petits métiers pour vivre et pour pouvoir peindre. Il fait la connaissance de Michel DODDOLI qui était à l'époque tailleur rue Victor-Massé et ouvrira plus tard une galerie. M. DODDOLI le fera exposer au Grand Palais dans l'exposition "Les Grands et les Jeunes d'Aujourd'hui".

En 1958 il obtient la médaille d'argent de la Ville de Paris avec une toile intitulée "La fanfare des pompiers de Montmartre". 

En 1960 Roland DUBUC se remarie avec Edith LOISEL, avec qui il aura deux filles. Il travaille alors chez le coiffeur Antoine pour faire des sculptures en terre glaise servent de modèle. 1962, il expose des sculptures à la Galerie Contemporaine, rue de Châteaudun.
 
En 1968, il se sépare de sa femme et en 1972, il fait sa première exposition, seul en tant que peintre, chez Jacqueline Laugier, rue Lepic à Montmartre. Il s'installe en Suisse où il expose à Genève dans une galerie. Il vend quelques toiles au Petit Palais.

En 1980, il revient en France et s'installe à Cherbourg chez un ami médecin.
 
En 1984, il revient à Paris et travaille quelque temps pour la galerie Pittiglio. Fin 1985, un de ses vieux amis Jean Paul VILLAIN, qui lui achetait des tableaux depuis 20 ans, ouvre une galerie au 29, rue de Miromesnil.
Il signe un contrat d'exclusivité mondiale avec cette galerie. C'est pour Roland DUBUC le peintre, le début de la réussite. Ses toiles commencent à se vendre aux U.S.A, au Japon, en Israël, en Grande Bretagne, en Espagne, en Belgique, en Suisse...

Il meurt dans son atelier à Elbeuf en Normandie, le 27 février 1998 .